distribution

Derrière les résultats financiers : l’enjeu de la politique de distribution aux actionnaires

Payout_policy_2006-15.jpg

Alors que nous sont communiqués en cette fin octobre les résultats financiers du troisième trimestre 2019 des groupes automobiles, se profile une année 2019 plutôt difficile pour la plupart des constructeurs et tout laisse à penser que les choses ne s’amélioreront pas en 2020 : une large majorité de marchés est orientée à la baisse et il est impérieux de continuer d’investir.
 
Investir pour un constructeur, c’est à la fois nourrir le "business as usual" en renouvelant régulièrement ses gammes et/ou en modernisant son outil de production. C’est aussi bien évidemment se lancer ou se développer sur de nouveaux terrains en s’implantant dans des pays où il n’était pas ou pas suffisamment, en créant de nouvelles marques ou en développant des compétences en R&D qui n’étaient pas les siennes jusqu’alors.
Dans tous ces cas, il y a nécessité de dépenser présentement et, la plupart du temps, plusieurs années de suite en escomptant des recettes futures qui peuvent ou non devenir réalités.
lire la suite

Behind the financial results: the challenge of the pay out policy to shareholders

Payout_policy_2006-15.jpg

As we are informed in late October of the financial results for the third quarter of 2019 of the automotive groups, a rather difficult year 2019 is looming for most manufacturers and everything suggests that things will not improve in 2020: a large majority of markets are on a downward trend and it is imperative to continue investing.
 
Investing for a carmaker means both feeding the "business as usual" by regularly renewing the products. It also means, of course, launching or developing in new fields by setting up in countries where it was not present, or not enough, by creating new brands or by developing R&D skills that were not its own until then.
In all these cases, there is a need to spend now and, in most cases, several years in a row, expecting future revenues that may or may not become a reality.
lire la suite

Les fournisseurs de services automobiles aussi peuvent être traités différemment

schema_ronds.jpg

L’historien des affaires Richard Tedlow a restitué avec précision les 4 raisons qui ont conduit Henry Ford et Alfred Sloan à faire, entre le lancement de la T en 1908 et la fin des années 20, le choix de confier la distribution automobile à des acteurs indépendants.

1) Les investissements qu’il fallait consentir pour assurer la croissance de la production étaient tels et tellement primordiaux que Ford ne pouvait à la fois les assurer et doter la Ford Motor Company du réseau "nation wide" intégré dont il avait rêvé initialement.
2) Après quelques années de forte expansion durant lesquelles la priorité avait été de recruter de mois en mois de nouveaux agents pour garantir à la production croissante ses débouchés, les équipes Ford entreprirent de consolider et de mieux contrôler leur réseau. Elles inventèrent alors deux outils majeurs : l’exclusivité et la rémunération en fonction de quotas de vente. Grâce à eux ne pas intégrer pu apparaître comme une fort belle opportunité dès lors que sans avoir à investir le constructeur parvenait à rester très largement maître du jeu en obligeant ses agents à se comporter comme ses employés. lire la suite

Anciens et nouveaux services automobiles, anciens et nouveaux business models pour la distribution et les services automobiles

trafic_sign_yellow.png
Journée du Gerpisa n°: 
186
Date: 
4 Fév 2011 - 14:00 - 17:00
Lieu: 

CNPA
La Maison de l'Automobile
50, rue Rouget de Lisle
92158 Suresnes Cedex

Intervenant/s
Presentation/s

Après avoir passé plusieurs années à se demander à quelle sauce règlementaire la DG Concurrence les soumettrait, les distributeurs automobiles maintenant fixés peuvent concentrer leur attention sur les évolutions des autres composantes de leur environnement et se demander à la fois quelle est la soutenabilité de leurs business models traditionnels e quelles évolutions il convient de leur imprimer.

Sur la base d’une analyse historique de la structuration des relations entre distributeurs et constructeurs et entre distributeurs et consommateurs, Bernard Jullien tentera d’évaluer la soutenabilité du business model qui a prévalu jusqu’à aujourd’hui et de tracer les alternatives qui se présentent aux acteurs traditionnels de la distribution automobile. Dans cette perspective, il portera une attention particulière aux conditions de participation de ces acteurs à l’élaboration de nouvelles offres de mobilité.

Les réseaux automobiles face aux changements technologiques: la question de la formation et des compétences

Journée du Gerpisa n°: 
183
Date: 
19 Nov 2010 - 14:00 - 17:00
Lieu: 

CNPA
La Maison de l'Automobile
50, rue Rouget de Lisle
92158 Suresnes Cedex

Intervenant/s
Presentation/s

Déjà depuis plusieurs années l'irruption de l'électronique dans l'automobile pose le problème de l'évolution des compétences et de la formation dans la réparation automobile. Le passage vers les véhicules décarbonés, qu'ils soient propulsés par des moteurs hybrides, électriques ou à pile combustible, va inévitablement l'accentuer.

De ce constat se dégagent plusieurs questions clés pour les constructeurs, les concessionnaires et les garagistes. Elles concernent à la fois le lien entre formation initiale et formation continue pour que les compétences évoluent aussi vite que les produit, mais aussi l'organisation plus générale du marché de l'après-vente, et des acteurs – anciens et nouveaux – qui seront susceptibles d'y gagner ou d'y perdre de parts de marché en fonction justement de leurs compétences et de leurs différents degrés de spécialisation. lire la suite

Syndiquer le contenu

GIS Gerpisa / gerpisa.org
61 avenue du Président Wilson - 94230 CACHAN
+33(0)1 47 40 59 50

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"