The new game of innovation in the world automotive industry: how the structuring of new industries and the restructuring of old ones are changing the rules?

23ème colloque international du GERPISA

Date: 
10 Juin 2015 09:0012 Juin 2015 17:00

ENS Cachan
61 avenue du Président Wilson
94 235 Cachan Cedex, France

Comité d'organisation
Appel à communications
Inscription
Résumé

In 2012 Gerpisa launched its 6th international research programme on “the structuring of new automobile industries and the restructuring of old ones”. Its main hypothesis was that these two processes were interlinked and would have crucial consequences for the geopolitical balance of the world automotive industry. Since 2012 the work conducted and presented at Gerpisa's annual international colloquiums has confirmed this assumption, but some of the radical changes we expected to take place in product policies (from global models to local heterogeneity) and productive organization (from global platforms to multi-domestic ones) remain to be confirmed. Yet, it is the very organization of innovation activities within the automotive sector that is perhaps undergoing the most radical changes both in its geographical distribution amongst mature and emerging countries, and its division of work between carmakers, OEMs and new players, and between traditional R&D centers within these firms, new R&D subsidiaries and external partners.
This Call for Papers thus asks for submissions that examine if and how these radical changes are taking place. More generally, we will welcome papers that explore how restructuring processes in old automotive industries (TRIAD) and structuring processes in new automotive industries (BRIC and new emergent markets) affect innovation, and how new patterns of innovation alter the overall balance of the global automotive industry. How the challenges coming from new markets, new green regulations and new patterns of mobility, are changing the rules of the innovation game? How the structuring/restructuring process and the greening of automotive industry are redistributing the cards amongst incumbent and challengers? Who (amongst carmakers, OEMs, service providers) and where (amongst TRIAD and emergent countries) is winning the game and why?
In order to explore these questions, 6 specific series of questions are proposed below. We also draw your attention to the special issue of the international journal IJATM that will be based on a selection of the best papers presented during the colloquium, including the winner of the young author’s prize (vii).

i) Automobilisation of societies, new and used car markets, and business opportunities in the industry
ii) New powertrains and new forms of mobilities: global tendencies, politics and markets
iii) Carmakers at a crossroads: new product architectures and new productive organizations?
iv) Fragmentation of supply chains and growth of international transactions
v) Industrial policies in American, Asian, and European automotive industries: regionalisation and innovation
vi) Employment relationships: competencies in transition?
vii) IJATM special issue (GERPISA colloquium) and the young author’s prize

Quel travail dans l'usine du futur?

Date: 
19 Mar 2015 08:0020 Mar 2015 18:00

Ecole Normale Supérieure de Cachan
Amphithéâtre Marie Curie
Bâtiment d'Alembert
61, avenue du Président Wilson
94235 Cachan

Comité d'organisation
Résumé

L’ « usine du futur » occupe aujourd’hui le devant de la scène : elle fait partie des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle lancés par le ministère du Redressement Productif en 2013 ; elle fait l’objet de nombreux et importants programmes de soutien à la recherche à l’échelle européenne (H2020) et française (ANR, CNRS) ; et concentre aussi l’activité de beaucoup d’acteurs de l’innovation, notamment sur le plateau de Saclay et dans ses environs, comme les pôles de compétitivité Systematic et Move’o, le CEA, les centres de R&D de grands groupes comme Renault et PSA, les entreprises directement impliquées dans la conception et le développement des usines de demain, comme FIVES et FESTO, ainsi que les laboratoires universitaires engagés dans l’exploration de nouvelles technologies de production et de nouveaux matériaux, comme le LURPA et le LMT à l’ENS de Cachan.

Dans le paysage complexe qui est en train de se dessiner autour de tous ces projets et initiatives, les sciences sociales ont été invitées ponctuellement à s’exprimer, mais leur rôle reste pour l’heure secondaire et mal défini. Cette conférence vise à poser les bases d’une meilleure et plus claire intégration des sciences sociales dans ce débat, et plus particulièrement, en ce qui concerne la question centrale du travail, et de son évolution/transformation dans l’usine du futur.

Si tout le monde semble en effet s’accorder pour dire que le travail dans l’usine du futur sera très différent par rapport à aujourd’hui, la manière dont cette transformation radicale est censée avoir lieu, et les conséquences qu’elle aura sur le travail et les travailleurs, n’ont pas encore fait l’objet d’études et d’analyses approfondies. L’ambition de cette conférence est d’amorcer une réflexion collective sur ces questions en croisant les points de vue à la fois des ingénieurs et chercheurs qui sont en train de concevoir “l’usine du futur”, des représentants de grands groupes et de l’État qui sont en train d’en promouvoir le développement dans différentes arènes et par différents projets, et des représentants des sciences sociales engagés dans des travaux de recherche sur les usines d’aujourd’hui, de hier et pourquoi pas de demain (sociologues, historiens, économistes, mais aussi psychologues du travail et ergonomes). Ces échanges seront organisés en huit sessions plénières autour de trois thématiques centrales.

- Contenu et organisation du travail (faut-il dépasser l’usine frugale?)
- Engagement et coopération au travail (l’impact des nouvelles technologies)
- Du travail comme coût au travail comme créateur de valeur (enjeux d’efficience et enjeux d’innovation).

Syndiquer le contenu

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Stéphane Heim

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"