stratégie de profit

Renault : sortir de la politique de l'autruche

La même scène vue autrement

Comme pour marquer sa différence et/ou pour souligner ce qui avait pu l’opposer à Thierry Bolloré, Clotilde Delbos a entamé son intérim à la direction générale du groupe Renault par un "profit warning" : non, le retour à un cash flow positif au second semestre ne permettra pas de compenser le cash flow négatif de 700 millions d’euros du premier; non, le chiffre d’affaires ne sera pas constant mais baissera de 3 à 4% de même que la marge opérationnelle sera plutôt de 5% que de 6% comme annoncé en juillet ; non, le plan 2022 ne vas pas être tenu et il est urgent de le redéfinir pour que chacun sache où il va.
 
lire la suite

Renault: getting out of the ostrich policy

La même scène vue autrement
As if to mark his difference and/or to highlight what might have opposed her to Thierry Bolloré (Renault's former CEO, recently laid off), Clotilde Delbos (appointed to replace him) began her interim period at the head office of the Renault group with a "profit warning": no, the return to positive cash flow in the second half of the year will not offset the €700 million negative cash flow of the first half; no, revenue will not be constant but will fall by 3 to 4% and the operating margin will be 5% rather than 6% as announced in July; no, the 2022 plan will not be implemented and it is urgent to redefine it so that everyone knows where he is going.
 
She did not just talk to the analysts. She also spoke on Tuesday in a video for employees to tell them that the "Drive the Future" plan had to be taken up again because the market has changed over the past two years and that "unfortunately, the situation did not improve during the summer" and requires that the strategy be adjusted to "get Renault back on track".
lire la suite

La difficile quête des ventes profitables de Nissan

Des cross-over, pas des hybrides.
Nissan a publié la semaine dernière ses résultats pour le deuxième trimestre de l’exercice comptable et pour le premier semestre. Dans la foulée, on a appris que, pour Renault, ceci ramènerait la contribution de son partenaire à son résultat net de 384 millions d’euros. 
 
On se rappelle que, lors de la présentation des résultats du premier semestre, Renault avait vu passer ses profits nets de 2,4 milliards à 1,95 milliard en raison principalement des "contributions des partenaires" en baisse de 1,32 milliard d’euros à 814 millions.  
De fait, les ventes de Nissan se portent plutôt bien en Asie ainsi qu’en Amérique Latine mais la situation est plus tendue en Europe (Russie incluse) et, surtout, en Amérique du Nord où les parts de marché baissent en même temps sans que la profitabilité de l’activité ne puisse pour l’instant s’améliorer significativement.
 
lire la suite
Syndiquer le contenu

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"
randomness