La voiture électrique : le début d'une deuxième révolution automobile ?

Journée du Gerpisa n°: 
176
Date: 
11 Déc 2009 - 14:00 - 17:00
Lieu: 

Comité des Constructeurs Français de l'Automobile
2, rue de Presbourg
75008 Paris

Intervenant/s
Presentation/s

Avant la crise, trois caractéristiques permettaient de définir de façon synthétique l'industrie automobile : un secteur dominé par un nombre limité d'acteurs occidentaux (avec l’exception des Japonais et des Coréens depuis les années 1980-1990) ; une filière placée sous l’hégémonie des constructeurs ; un mode de distribution contrôlé par les réseaux des constructeurs et centré sur la vente aux particuliers d’un produit polluant et bien plus cher que le service de mobilité offert par la propriété du véhicule.

Pour le moment, la crise ne semble pas avoir modifié en profondeur ce paradigme organisationnel, bien que la question de sa soutenabilité – à la fois économique, sociale et écologique – soit désormais posée.

Cependant, les nouvelles contraintes en matière de développement durable, et les perspectives ouvertes en particulier par la voiture électrique laissent entrevoir à l’horizon des changements majeurs. En effet, la transition vers des énergies alternatives et des nouvelles motorisations, associée au développement rapide de nouveaux marchés automobiles (Brésil, Russie, Inde, Chine), pourrait aboutir assez rapidement à ce que Michel Freyssenet a appelé récemment « une deuxième révolution automobile » (Freyssenet, 2009). C’est à dire à un bouleversement des hiérarchies et des géographies établies au sein du secteur, et à une transformation radicale dans l’architecture technologique et commerciale du produit.

Sous quelles conditions ces changements auront-ils lieu ? Sont-ils inévitables ? Quelles conséquences auront-ils pour le paradigme en place ? L’industrie automobile mondiale continuera-t-elle à être dominée par des acteurs occidentaux, ou des acteurs nouveaux en provenance des pays émergents à forte croissance viendront contester cette suprématie ? La filière restera-t-elle dans les mains des constructeurs, où l’on assistera à une recomposition des rapports de forces qui mettra terme à leur hégémonie ? La voiture restera-t-elle un bien privé coûteux, garant de distinction sociale, où deviendra-t-elle un service public intégré dans des nouveaux systèmes de mobilité ?

C'est autour de ces questions que sera organisée cette deuxième journée du Gerpisa consacrée à la voiture électrique [1]. Il s’agit de questions centrales non seulement pour notre programme international en cours, mais aussi pour le futur du secteur qui est aujourd’hui confronté à bien plus qu’une crise financière passagère ou à une crise ponctuelle de marché.

La journée sera animée par une présentation de Michel Freyssenet qui expliquera pourquoi, du point de vue du Gerpisa, la deuxième révolution automobile impliquée par la transition vers des énergies alternatives semble aujourd'hui inévitable. Il s'agira aussi de comprendre quelles sont les conditions sociales, économiques, technologiques et industrielles nécessaires pour que ces changements se produisent, la question de fond étant : qui seront, en fonction de ces changements, les gagnants et les perdants de demain?

Le responsable des Transports à la direction des affaires publiques de Michelin (sous réserve) interviendra également en tant que discutant.

 


[1] « Le véhicule électrique, réinvention du produit, révolution de l’industrie », Journée du Gerpisa du 7 novembre 2009. Voir le compte rendu de la journée sur : http://leblog.gerpisa.org/node/310.
 

 

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"