Doner, Noble, Ravenhill - L'économie politique de l'industrialisation de l'automobile en Asie de l'Est

Type de publication:

Compte Rendu / Report

Auteurs:

Source:

Compte rendu de la journée du Gerpisa, Number NA, Virtuel (2021)

Notes:

Doner, Richard F., Goodrich C. White Professor Emeritus, Emory University
Noble, Gregory W., University of tokyo
Ravenhill, John, University of Waterloo

Texte complet:

L'économie politique de l'industrialisation de l'automobile en Asie de l'Est
 
Richard Doner, Gregory Noble, John Ravenhill
Oxford University Press, 2021
 
S'appuyant sur leur énorme effort comparatif et sur quelques décennies de recherche appliquée, Doner, Noble et Ravenhill se sont appuyés sur leur volume récemment publié "The Political Economy of Automotive Industrialization in East Asia", pour donner une présentation extrêmement riche et perspicace. À travers leur impressionnant travail, les trois auteurs comparent la trajectoire de développement de l'industrie automobile dans sept pays - Chine, Indonésie, Corée, Malaisie, Philippines, Taiwan et Thaïlande - et tentent d'expliquer les raisons de leur succès ou de leur échec. 
 
L'importance de leur contribution, outre les nombreuses preuves recueillies au cours d'années de recherche de première main dans tous ces pays, repose sur plusieurs éléments. Tout d'abord, la tentative de définir différentes trajectoires de croissance par la distinction entre la croissance intensive et la croissance extensive, qui en soi a suscité une discussion animée au sein du public du GERPISA. Deuxièmement, l'accent mis sur la façon dont les institutions affectent le développement industriel, et une analyse d'économie politique du concept de mise à niveau, qui souligne la complexité des processus d'industrialisation. Troisièmement, leur travail nous permet de relancer une analyse du rôle des États et des institutions gouvernementales dans le choix des stratégies définies, enrichissant ainsi le débat sur les outils de politique industrielle dont disposent aujourd'hui les économies émergentes et les "développeurs tardifs". 
 
Le point de départ de leur analyse est la tentative d'expliquer pourquoi des pays qui ont commencé leur parcours à partir de conditions économiques similaires et ont initialement poursuivi des stratégies similaires - basées sur la substitution des importations et la promotion de champions nationaux, ont finalement obtenu des résultats très différents. La réponse réside dans l'adoption de ce qu'ils définissent comme des stratégies de croissance extensive ou intensive, la première impliquant des changements sectoriels plus larges, des gains possibles en termes d'emploi, d'exportations et de production intérieure mais pas nécessairement de haute valeur ajoutée, et la seconde étant axée sur l'innovation. Une stratégie de croissance intensive se caractérise également par l'acquisition de technologies plus sophistiquées et de capacités de R&D plus élevées. En définitive, la seconde est plus difficile à réaliser sans la présence d'institutions nationales fortes et spécifiques au secteur automobile.
 
Comme les auteurs le montrent à travers la discussion de leurs études de cas, la croissance extensive et intensive peut conduire à des gains économiques positifs si elle est poursuivie avec succès. Dans leur interprétation, la Thaïlande est un exemple de croissance extensive positive, tandis que la Corée du Sud, Taïwan et la Chine représentent un succès en termes de stratégies de croissance intensive. 
 
L'analyse de l'économie politique des institutions - qui implique la prise en compte des différentes tâches politiques, des défis qu'elles impliquent et de la force des institutions qui les accomplissent - permet de comprendre de manière complexe pourquoi des résultats spécifiques en matière de développement se produisent. S'attaquant aux limites des comptes néoclassiques et institutionnalistes, les auteurs se rangent en partie du côté de l'approche de l'État développementiste, mais cherchent à aller au-delà de ce qui manque. Ils mettent notamment l'accent sur les différentes étapes du développement industriel, sur les variations sectorielles et sur les politiques qui sous-tendent les institutions. Ils évaluent de près les différentes exigences politiques impliquées dans les différentes stratégies de développement - extensives et intensives -, leur degré de difficulté et leurs échecs potentiels. Dans le cadre du type de croissance intensive, axée sur l'innovation, ils soulignent les difficultés importantes liées à l'adoption de la technologie et à l'acquisition de capacités technologiques sophistiquées. 
 
Cette approche permet aux auteurs de comparer les institutions impliquées dans le processus de développement industriel dans les sept pays analysés, et de classer leur capacité. La capacité institutionnelle est également évaluée en encadrant la politique derrière l'émergence des institutions elles-mêmes. Ici, les auteurs soulignent comment les dirigeants et les gouvernements confrontés à de multiples lignes de pression (sécurité extérieure, pression intérieure et ressources insuffisantes) sont plus susceptibles de promouvoir des institutions nationales spécifiques et de soutenir le développement de capacités technologiques. 
 
Parmi les sept cas nationaux, la Thaïlande et la Malaisie sont choisies comme exemples cruciaux. D'une part, la Thaïlande représente la mise en œuvre d'une stratégie extensive réussie (augmentation de la production, des exportations et des ventes de véhicules), mais une croissance intensive faible, avec peu d'innovation, de R&D et des retombées technologiques limitées. Un tel résultat est largement attribué à la fragmentation institutionnelle, aux initiatives d'innovation à court terme, à l'absence de politiques actives du marché du travail et de tarifs douaniers visant à soutenir les entreprises locales. D'autre part, la Malaisie est citée comme un cas d'échec du développement intensif malgré des conditions de départ très positives et des politiques axées sur le marché intérieur - richesse des ressources, protection des producteurs locaux et subventions importantes. Dans ce cas, cependant, les institutions spécifiques au secteur automobile étaient absentes, plutôt que faibles ou non coordonnées comme en Thaïlande. Dans l'ensemble, la Malaisie a vu ses exportations stagner alors que les importations de composants automobiles ont augmenté, a perdu Proton en tant que champion national (vendu au chinois Geely en 2017) et ne présente pas un scénario prometteur pour l'avenir. 
 
En fin de compte, la riche comparaison entre pays proposée par Doner, Noble et Ravenhill peut nous fournir une source incroyablement précieuse pour comprendre les variations et les trajectoires de l'industrialisation automobile. Elle peut contribuer de manière très intéressante à une analyse de l'économie politique des politiques industrielles et des stratégies de développement, qui peut informer la recherche certainement au-delà du contexte de l'Asie de l'Est. Pour pousser la réflexion encore plus loin, les auteurs nous laissent avec une série de questions ouvertes et de scénarios futurs : la demande mondiale dans le secteur automobile continuera-t-elle à se déplacer vers le monde en développement, malgré les incertitudes majeures liées à des questions comme l'électrification, la pollution, la congestion urbaine ? Comment les défis mondiaux et l'évolution vers les VE vont-ils traiter d'importantes questions de développement, comme la pénurie de compétences et la recomposition de l'emploi ? Qui seront les prochains leaders mondiaux de la production d'automobiles et de VE ? Les stratégies hybrides intensives-extensifs pourraient-elles être la solution pour les pays qui développent encore leur industrie automobile ?
 
Ces questions ont suscité un débat très perspicace et stimulant avec notre public GERPISA. De nombreuses questions et commentaires ont été soulevés, parmi lesquels :
- L'impact de la croissance extensive de l'industrie automobile sur le développement et le potentiel de la croissance intensive de l'industrie automobile pour canaliser la mise à niveau et l'intégration dans les chaînes de valeur mondiales - peut-on classer les deux ? Dans quelle mesure l'un peut suivre l'autre, en commençant par une croissance extensive puis en passant à une croissance intensive tout au long de la transformation structurelle ? Comment pouvons-nous donner un sens à des institutions de qualité dans les pays en développement où l'espace politique est sévèrement limité par le pouvoir des multinationales, où la direction prise par la politique industrielle n'est pas souvent un choix mais souvent dictée par la nécessité ? (L. Monaco)
- Nous avons vu différents stades de développement - la plupart des pays qui se sont industrialisés avant la mondialisation et l'accès à l'OMC sont passés par une première phase de substitution des importations et de promotion des champions nationaux, les pays qui ont réussi plus tard voient leur production automobile dominée par des multinationales/capitaux étrangers. Cela signifie-t-il que la stratégie de croissance intensive est devenue de plus en plus difficile/de moins en moins réalisable ? Quelle différence le marché intérieur fait-il dans votre analyse, dans la mesure où les pays qui ont réussi à s'imposer à une époque où la production mondiale est pilotée par des chaînes de valeur mondiales pouvaient tous compter sur des marchés intérieurs importants ? (T. Pardi)
- Que pensez-vous des stratégies de développement actuelles comme celle de l'Indonésie, qui s'appuie sur l'approvisionnement local en matières premières (comme le nickel) pour inciter les constructeurs automobiles à construire une chaîne de valeur locale pour les VE ? Est-ce intéressant/durable ? (M. Schroeder)
- Dans le prolongement de la première question, sur ce qui suit quoi, il est historiquement assez clair qu'il est très difficile de construire une voie intensive sans être d'abord passé par une voie extensive, dans une certaine mesure, et que la croissance extensive est largement alimentée par des augmentations de la productivité. Dans quelle mesure la productivité est-elle un facteur crucial, si l'on va au-delà de l'étude sectorielle ? En termes d'institutions, si celles-ci sont décrites comme étant basées sur la demande, que faut-il pour que cette demande soit réalisée, en termes de nouvelles institutions ? (A. D'Costa)
- Questions de développement local, de développement des fournisseurs et de production basée sur des "enclaves" ; stratégies d'approvisionnement, demande des multinationales pour que les fournisseurs compriment constamment les coûts ; transferts de technologie et de compétences (comparaison - Thaïlande, Japon, Taiwan, Indonésie) ; dépendance du chemin dans les institutions.
- Des cas d'"industrialisation inversée", passant plutôt d'une voie intensive à une voie extensive, souvent après avoir été "capturés" par des sociétés multinationales. Exemples supplémentaires du Royaume-Uni, de la République tchèque, de la Suède, du Vietnam et de Taïwan (J. Thoburn).
- Remarques supplémentaires sur la localisation et le développement de la chaîne d'approvisionnement en Roumanie ; sur l'électrification et les stratégies de niche en Pologne ; sur l'impact du marché unique sur l'industrie automobile des PECO (T. Pardi).
 
 
 
 
Video

  GIS Gerpisa / gerpisa.org
  4 Avenue des Sciences, 91190 Gif-sur-Yvette

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Juan Sebastian Carbonell, Lorenza MonacoGéry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"