Louis Schweitzer / An experienced eye on the future of the car industry / Colloque International du Gerpisa 2019

Date: 
13/06/2019
Louis Schweitzer
Emission / Séminaire / Colloque: 

Louis Schweitzer / Keynote / Colloque Gerpisa 2019 / ENS Paris-Saclay

Conférencier d'honneur au 27ème Colloque International du Gerpisa, l'ancien président de Renault, Louis Schweitzer, nous fait partager sa vision du futur de l'industrie automobile.

Drôle de soutien à la transition écologique par le projet de loi de finance

L'autre ministère de la transition énergétique

Voyant le succès de la prime à la conversion (PAC) au premier semestre, on se souvient que Bercy avait ressenti le besoin de la redéfinir pour "rester dans l’enveloppe".
 
En effet, fin juin 230 000 dossiers avaient été payés pour un coût d’environ 465 millions d’euros. Dans la mesure où ceci incluait 52 000 dossiers 2018, on peut estimer que, sur l’année, la poursuite de cette trajectoire aurait conduit à une dépense de 800 millions alors que le budget prévu était de 596.
Le rabot semble avoir fonctionné parfaitement puisque, selon ce que rapporte le CNPA, le solde malus bonus sur le véhicule électrique et la PAC serait de + 100 millions cette année. Ceci signifie que, comme on pouvait s’y attendre, la PAC ne coute plus grand chose depuis qu’elle exclut l’acquisition de véhicules Diesel et de véhicules essence émettant 117g et plus.
 
lire la suite

Dégradation de la note de la dette de Ford par Moody’s : un signe fort

Junked Ford
En plein Salon de Francfort, l’agence Moody’s a indiqué qu’elle dégradait la note de solvabilité qu’elle attribue à la dette de Ford Motor Company de Baa3 en Ba1
Elle retirait ainsi les obligations émises par Ford de la catégorie des "investissables" pour les placer dans celle des "spéculatives", celle des "obligations de pacotilles" ou "junk bonds".
lire la suite

Urgence climatique, urgence industrielle, urgence sociale : un tiercé à remettre dans l’ordre (15/09/2019)

Bet your job
L’urgence dans laquelle l’industrie automobile se trouve fin 2019 donne lieu, à Francfort et ailleurs, à un jeu d’influence complexe où chacun adosse ses propos à une cause a priori légitime pour contrer une autre partie prenante qui en invoque une autre.
L’UE a, il y a un an, fondé ses injonctions sur l’urgence climatique. Les constructeurs comme les états sont sensibles à l’urgence financière et souhaiteraient que les ventes de SUV puissent continuer de générer le cash qui permet de combler les pertes sur les VE pour les uns et de financer les primes à l’achat des dits véhicules pour les autres. 
lire la suite

L’ACEA change de pied et de tête pour pousser l’électrification

"Angels and Demons" party in Brussels
 
C’est dans ce cadre qu’a été annoncé que l’Association des constructeurs avait cosigné avec Transport et Environnement et Eurelectric (association des industries électriques) un courrier commun appelant les autorités européennes et nationales à accélérer la mise en place de l’ensemble des dispositifs qui permettront que l’électrification massive souhaitée par le politique devienne effective . 
Sont en cause bien sûr le maintien des différentes formes d’aides à l’acquisition de véhicules électriques ou d’hybrides rechargeables ainsi que la montée en puissance des infrastructures de recharge.
 
Reprenant la fameuse thématique du "droit à la prise", T&E indique à ce sujet : 
lire la suite

L’inquiétante évolution de l’emploi dans l’industrie automobile [française]

To be continued...
Toyota a annoncé le 28 août qu’elle allait recruter 500 personnes sur son site d’Onnaing. Ces nouvelles recrues viendront porter les effectifs à 4 500 employés et correspondent à l’investissement de 300 millions d’euros annoncé début 2018 pour porter les capacités de production du site à 300 000 véhicules par an. La direction indique que les effectifs sont passés de 2 938 CDI en janvier 2018 à 3 150 aujourd’hui, avec un objectif à 3 600 d’ici fin 2020.
lire la suite

Le déclin du site France s’accélère

Le mois d’août 2019 a été marqué par la publication par Les Echodes prévisions très alarmantes de IHS pour l’année 2020 concernant la production automobile française.
Rappelons les : la combinaison des effets de la baisse du marché européen et du transfert de la fabrication d’un certain nombre de modèles de sites français vers d’autres sites impliquerait une baisse de la production automobile de 22%.
lire la suite

Renault, Nissan, PSA : au delà des résultats, les questions de gouvernance

Chacun a eu l’occasion de souligner depuis l’arrivée de Carlos Tavares à la tête de PSA combien son expérience chez Renault et Nissan transparaissait dans le cap donné et les décisions prises. Pour prendre deux exemples, son "obsession de la performance" est passée par la distillation dans toutes les fonctions de l’entreprise d’une "culture économique" qui oblige chacun à vérifier que ce qu’il engage comme dépenses se justifie en terme de valeur apportée et reconnue par le client : là où les sous-traitants raillaient autrefois des comportements des ingénieries PSA qui "se faisaient plaisir" sur telle ou telle composante sans que le surcoût puisse faire l’objet d’une valorisation quelconque auprès du client, la charge de la preuve est inversée et il y a désormais obligation de vérifier qu’un choix moins disant ne pourrait pas être proposé. De la même manière, la réduction de la diversité dont C.
lire la suite

Le très vertical rabotage de la PAC

Le coup de rabot sur la prime à la conversion donné par un décret surprise le 17 juillet sonnera à l’oreille des gilets jaunes comme le signe annonciateur d’une forme de retour à la case départ une fois leur mouvement épuisé. Ils ne pourront pas ne pas y voir, dans la méthode comme sur le fond, le maintien d’un cap budgétaire et environnemental qui est celui qui les avaient faits descendre dans la rue et, même l’augmentation de la CCE qui avait été à l’origine de leur mouvement et qu’ils avaient réussi à faire sortir par la porte, leur apparaîtra comme susceptible de faire son retour par la fenêtre.
lire la suite

Nocivité respective des véhicules essence et Diesel : à quoi doit servir l’étude commandée par le gouvernement ?

Interrogé par Florence Lagarde sur la participation de Transport et Environnement (T&E) à l’étude réclamée depuis plusieurs mois par la filière, Florent Grelier, Clean Vehicles Engineer pour T&E répond : "Nous n’avons pas encore reçu la proposition finale du gouvernement concernant l’approche et la méthodologie de cette étude, sans lesquelles nous ne pouvons pas nous prononcer." 
lire la suite

L’accord de libre échange UE-Mercosur : un échange bœuf contre voitures ?

Même si sa ratification par les parlements nationaux et particulièrement par le parlement français est loin d’être assurée, l’accord  de libre échange tel qu’il a été présenté le 28 juin a été analysé non sans raison tantôt comme un accord "bœuf contre services" tantôt comme un accord "bœuf contre voitures".
lire la suite

Pourquoi renverser le compromis de 2008 et inciter constructeurs et automobilistes à privilégier la légèreté est une bonne idée

Nous vivons en 2019 en France dans un contexte qui conduit, après 10 années perdues, à reprendre les débats que l’on avait eus en 2008. On se souvient qu’alors, la crise ayant été précédée d’une flambée des cours des matières premières et les questions environnementales ayant pris dans le débat public une place grandissante, un accord assez large semblait se dessiner autour de l’idée que l’automobile ne pourrait sortir de la crise comme elle y était entrée (*)
lire la suite

Le Triber de Renault : le second véhicule de la lignée Kwid

Au début de cette décennie, Carlos Ghosn s’est laissé convaincre par les équipes responsables de la gamme que l’on appelait encore "Entry" alors et que l’on appelle désormais "Global Access" qu’il y avait un coup à jouer en dessous de la gamme issue de Logan. Il le fit – nous a-t-il dit lorsque nous l’interviewâmes pour préparer la publication de notre livre sur la Kwid – parce qu’il avait en la personne de Gérard Detourbet, l’homme de la situation et lui indiqua en lui confiant les clés qu’il attendait de ce nouveau programme au moins un million de voitures à terme.
lire la suite

Pièces d’aspect : l’amendement du gouvernement risque de ne satisfaire personne

Depuis des décennies, le monde des services de l’automobile français se déchire sur la question du monopole des constructeurs et de leurs réseaux sur les pièces d’aspect : les constructeurs, concessionnaires et importateurs de marques et leurs représentants argumentent pour le défendre ; la réparation indépendante, les assureurs, les associations de consommateurs et l’Autorité de la Concurrence en contestent le bien-fondé et veulent voir dans son abrogation une manière de redonner du pouvoir d’achat aux ménages.
lire la suite

La moribonde Alliance mérite l’acharnement thérapeutique

Dans les semaines qui suivirent l’arrestation de Carlos Ghosn en novembre, nous étions nombreux à souligner que, au delà de la personnalité de l’ex-PDG, les intérêts stratégiques, technologiques et industriels étaient désormais tellement entrecroisés que ni d’un côté ni de l’autre, il n’était imaginable que l’on y renonce. Les uns et les autres, acteurs et observateurs, comptaient alors sur la poursuite des projets communs et des travaux sur les convergences pour que, loin des tribunaux, des médias et des Etats, les salariés des deux entreprises poursuivent leur chemin sur la route empruntée depuis vingt ans et imposent de fait l’Alliance à leurs dirigeants occupés à se déchirer.
lire la suite

FCA/Renault : quand l’actionnaire de référence fait son travail

Malgré l’enthousiasme manifesté au moment où l’offre a été faite par FCA et le story telling bien peu crédible développé par la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye au lendemain des élections sur la nécessité de s’allier à d’autres européens pour préserver les intérêts français, Bercy a eu le mérite de souligner assez vite, la semaine dernière, la nécessité de faire primer la préservation de l’Alliance sur la fusion.
lire la suite

Pourquoi l’offre de FCA à Renault est inacceptable

Voici une semaine maintenant que FCA a adressé une offre à Renault et que le Conseil d’administration a décidé de l’examiner avec attention. Il s’agit, rappelons le, de s’engager dans une "fusion entre égaux".
Puisque, à ce jour, les capitalisations respectives ne sont pas égales et que la balance est en faveur de FCA, le deal stipule : "Avant que l'opération ne soit menée, afin d'atténuer la disparité de valeur en Bourse des deux groupes, les actionnaires de FCA recevront un dividende de 2,5 milliards d'euros." 
lire la suite

La LOM calme les appétits des GAFAM

 Au milieu de la multitude de mesures de portée variable qu’incorpore la désormais célèbre LOM, celle-ci propose, dans son Titre 2 qui entend créer un nouveau cadre juridique pour "réussir la révolution des nouvelles mobilités", trois articles (les articles 9, 10 et 11) qui concernent les "données de l’offre de mobilité" et "la possibilit&e lire la suite

La question du prix du VE doit-elle être adressée à la puissance publique ou aux industriels ?

L’ACEA a réitéré la semaine dernière un exercice à laquelle elle s’était adonnée en 2017 qui consiste au fond à affirmer que les politiques de promotion du véhicule électrique sont des politiques de pays riches. "Pour l’ACEAécrivait en novembre 2017 Automobile Propre, l’analyse vise à faire pression sur les autorités européennes qui s’apprêtent à adopter des mesures encore plus contraignantes en matière d’émissions de CO2 des véhicules et à mettre en place un système de crédit carbone pour les constructeurs." 
lire la suite

Airbus de la batterie : entre "bien mieux que rien" et "peut mieux faire"

Batterie. Saft. Airbus. Mieux que rien. Peut mieux faire.

On a bien du mal à voir clair en ce début mai sur les contours que prendra "l’Airbus de la batterie" que l’on nous annonce.
 
Airbus était un consortium international unique dans lequel tous les grands acteurs européens s’étaient coalisés pour échapper au monopole américain. Comme l’a souligné Bruno Le Maire, beaucoup d’observateurs ne donnaient pas cher de sa peau lorsqu’il a émergé et l’on connaît la suite.
Aujourd’hui la production mondiale de batteries pour véhicules est assurée à 99% hors d’Europe par des acteurs chinois, japonais et coréens qui maîtrisent les technologies et les approvisionnements en matières premières. Ils font d’ores et déjà face à une demande en très forte croissance dès cette année en Chine et en Europe et annoncent tous des investissements colossaux pour construire les capacités de production qui manquent aujourd’hui.
lire la suite

Syndiquer le contenu

  GIS Gerpisa / gerpisa.org
  4 Avenue des Sciences, 91190 Gif-sur-Yvette

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Juan Sebastian Carbonell, Lorenza MonacoGéry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"