Uber

UBER et la crise COVID : modèle économique, régulation et impact social

Journée du Gerpisa n°: 
257
Date: 
5 Fév 2021 - 14:00 - 17:00
Lieu: 

CCFA 2 rue de Presbourg 75008 Paris
Le séminaire aura lieu (pour l'instant) en présentiel, mais il sera possible d'y assister en virtuel. Plus d'information seront disponibles ici et communiquées par email aux inscrits.
Pour s'inscrire connectez-vous et validez votre inscription ci-dessous ou envoyez un email à gerpisa@gerpisa.org.

Intervenant/s
Dr Hannah Johnston
Dr Jamie Woodcock
Presentation/s

Disponible sous peu - Available shortly

Au cours des dernières années, UBER et les services VTC ont gagné du terrain, ce qui a considérablement remodelé la mobilité et le paysages des transports urbains partout dans le monde. Ils ont été largement remis en question en tant que modèle d'entreprise – du point de vue des mécanismes d'exploitation de l'économie de plate-forme tout en étant pas totalement rentable financièrement ; ils ont été marqués par plusieurs tentatives de définition de frontières juridiques, impliquant parfois des interventions réglementaires de l'État (voir les litiges autour du statut des conducteurs et les tentatives de réglementer la distribution des licences, comme aux États-Unis) ; ils ont été étudiés en tant que modèle d'emploi, mettant en évidence à la fois les opportunités et les risques générés et les conditions de travail difficiles dans le secteur. Ce séminaire examine comment la crise du COVID a affecté UBER en tant qu'entreprise ainsi que le secteur VTC, en se concentrant sur la durabilité et les perspectives d'avenir d'UBER en tant que modèle d'entreprise, sur des exemples de réglementation possible et sur l'impact social de la crise, avec un accent particulier sur les conducteurs. lire la suite

UBER and the COVID crisis: business model, state regulation and social impact

arrows.jpg
Journée du Gerpisa n°: 
257
Date: 
5 Fév 2021 - 14:00 - 17:00
Lieu: 

CCFA 2 rue de Presbourg 75008 Paris
Le séminaire aura lieu (pour l'instant) en présentiel, mais il sera possible d'y assister en virtuel. Plus d'information seront disponibles ici et communiquées par email aux inscrits.
Pour s'inscrire connectez-vous et validez votre inscription ci-dessous ou envoyez un email à gerpisa@gerpisa.org.

Intervenant/s
Dr Hannah Johnston
Dr Jamie Woodcock
Presentation/s

Disponible sous peu - Available shortly

During the past few years UBER and the ride hailing services have gained increasing terrain, significantly re-shaping mobility patterns and urban transport landscapes, all around the world. They have been extensively questioned as a business model – seen through the exploitative mechanisms of the platform economy yet not fully financially profitable; they have been marked by several attempts to define legal boundaries, sometimes involving state regulatory interventions (see disputes around the drivers’ employment status and attempts to regulate the distribution of licences, like in the US); they have been investigated as an employment model, pointing at both opportunities and risks generated and at the harsh working conditions in the sector. This seminar discusses how the COVID crisis has affected UBER as a company and the car hailing sector, focusing on the sustainability and future perspective of UBER as a business model, on examples of possible regulation and at the social impact of the crisis, with particular emphasis on the drivers.

The session will build on presentations by Dr Hannah Johnston (PhD Queen’s University Ontario, CA and former ILO) and Dr Jamie Woodcock (Senior Lecturer at the Open University, UK).

L’ubérisation face à ses contradictions : quelles leçons pour l’après-vente ?

Insoutenable

  lire la suite

On a vu dans les journaux cette semaine des chauffeurs Uber manifester devant le siège de la société qui venait de leur imposer unilatéralement une réduction de 20% de leurs tarifs clients. 
 
Au 20h00 de France 2, l’un d’entre eux qui avait abandonné son boulot d’électricien pour investir et ne plus faire que cela découvrait qu’il avait le crédit de sa berline à 33 000 euros sur le dos et la certitude que le remboursement ne serait désormais possible qu’à condition de renoncer à bien plus que le gap qui séparait encore jusque là son ancienne paie d’électricien et ses revenus de "chauffeur Uber". 
 
On a entendu les responsables d’Uber rétorquer qu’ils n’avaient avec "ces gens là" aucune autre relation que celle qui les lie à leurs clients : "ils proposent une plateforme avec ses règles, y compris tarifaires" ; libre aux uns et aux autres de l’utiliser et de se soumettre auxdites règles et/ou de se démettre en allant travailler avec d’autres pateformes.
 
L’épisode qui, ainsi que le souligne Axelle Lemaire, n’est pas isolé dans la saga mondiale de Uber, devrait permettre de remettre un certain nombre de pendules à l’heure. Dans une période où une curieuse alliance de théoriciens du collaboratif et de "l’alter-économie", d’entrepreneurs messies (ou se rêvant tel) et d’ultra-libéraux viennent nous annoncer la "fin du salariat" , les chauffeurs-manifestants Uber viennent rappeler qu’ils ont à tout le moins besoin des protections, des solidarités et de facultés de négocier leur sort. 
 
Syndiquer le contenu

GIS Gerpisa / gerpisa.org
61 avenue du Président Wilson - 94230 CACHAN
+33(0)1 47 40 59 50

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"