Il etait non seulement soucieux de partager ses découvertes, mais de faire éclore des nouveaux acteur de la recherche.
Marco Dayan Diani, EHESS-CNRS

 
Cher Patrick Fridenson,
 
Merci pour votre message au sujet de la mort de Michel Freyssenet.
Je crois que nous sommes tous envahis par la tristesse, et aussi par la nostalgie. J'avais tout juste 20 ans quand j'ai commencé à travailler dans le monde de la recherche sous la direction et la très dynamique férule de Michel, il y a plus de 45 ans.
Ce fut une expérience marquante à tous les sens du mot.
Michel a toujours eu une force d’entrainement et de stimulation intellectuelle qui n’avait de pair qu’un gout infini pour le partage des connaissances et la volonté d'inclusion de tous les acteurs concernés dans ses action de recherche.
Il etait non seulement soucieux de partager ses découvertes, mais de faire éclore des nouveaux acteur de la recherche.
 
En ce sens l'expérience des Quaderni rossi et de tout le mouvement "operaista" italien a certainement beaucoup compté pour Michel: j'ai eu l'occasion de lui faire rencontrer bon nombre des protagonistes de cette expérience, que je crois a été fondatrice pour lui, avec celle, plus limitée et sans grande filiation, des  "Lip". Voir briller les yeux de Michel dans les immenses usines Fiat de Mirafiori, ou dans les autres grandes villes industrielles, à Milan, à Venise-Porto Marghera ou encore pendant nos enquêtes en Lorraine : voilà une image que je garderai en mémoire.
 
Plus tard, nos voies ont divergé et les dissensions nous ont éloigné l’un de l’autre. Que ce soit sur l’utilité de Marx pour analyser les révolutions technologiques et sociologiques en cours, ou sur les « vieux chiens de garde » des sciences sociales qu’il ne fallait pas étudier ou fréquenter, ne pas vouloir choisir devenait une trahison et un motif de rupture terminale et sans appel. Les détestations de Michel pouvaient être aussi puissantes que ses enthousiasmes, et résister n’était pas facile.
 
Mais les dissensions et les douleurs du passé n’ont pas de place ici: de même qu’il est interdit de dire du Lachon Hara’ sur une personne en vie, il est interdit d’en dire sur une personne décédée.
 
Donc :
Michel Freyssenet
עליו השלום
alav ha-shalom
 
Merci pour votre aimable comprehension.
Je suis bien à vous.
Marco Dayan Diani 

GIS Gerpisa / gerpisa.org
61 avenue du Président Wilson - 94230 CACHAN
+33(0)1 47 40 59 50

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"