Réingénierie des partenariats verticaux et politique de filière: le cas de la Plateforme de la Filière Automobile Française

Type de publication:

Conference Paper

Source:

Gerpisa colloquium, Paris (2013)

Mots-clés:

eco-système, filière automobile, fournisseurs, Partenariats verticaux

Résumé:

Le développement des véhicules décarbonés, communicants et intelligents est un enjeu majeur pour l’industrie automobile française du XXIème siècle. Dans le contexte de saturation des marchés européens et de surcapacité industrielle, les nouveaux enjeux autour de la lutte contre les émissions de CO2 avec des motorisations alternatives pour des véhicules reliés à des systèmes d’information ouverts appellent à la mobilisation de compétences multiples dans un eco-système élargi. Ces compétences sont autant technologiques qu’économiques, politiques et sociologiques car l’électromobilité ne challenge pas seulement les choix techniques et historiques des constructeurs ; c’est l’ouverture d’un nouveau paradigme pour les futures parties prenantes de cette industrie.

C’est dans ce contexte que la construction automobile sur le territoire français subit la pression internationale des riches constructeurs premium allemands, des pionniers des motorisations hybrides qui ont déjà assuré leur réputation et leurs modèles économiques et enfin, des nouveaux entrants asiatiques qui n’hésitent pas à bouleverser les pratiques établies. Parallèlement, les nouveaux consommateurs demandent des solutions économiques de mobilité sur des offres non exclusivement propriétaires, permettant de combiner plusieurs modes de transport selon leurs usages de chaque instant. L’industrie automobile française est donc dans une situation unique ou non seulement son offre ne répond pas encore à la demande émergente mais où les stratégies de profit et les modèles productifs associés ne sont pas en phase avec les réalités et les aspirations des marchés (biens et services et travail). S’ajoute à cela une très forte incertitude sur les capacités du politique et de ses institutions à proposer les infrastructures et les cadres administratifs indispensables (réseaux urbains et électriques, réseaux de charge, standards, réglementation, homologation, taxation etc). Et, pourtant, les constructeurs français ont un rôle majeur à jouer dans la redéfinition de leur industrie.

Face au puzzle de problématiques complexes, les constructeurs peinent à assembler les pièces stratégiques majeures parce que celles-ci sont éparpillées sur tout le territoire et détenues par des acteurs non coordonnés entre eux ; autant de structures parcellaires, start-up, PME, grands équipementiers spécialistes, centres de recherches ou acteurs clés des sphères économiques et politiques. Autrement dit, les constructeurs qui ont fondé leur paradigme industriel sur cette extraordinaire capacité à structurer des modèles productifs cohérents, ne semblent plus à même de faire leur travail de coordination entre les toutes chaînes de valeur de leur filière.

Les raisons de cette impasse s’expliquent non seulement par la très grande complexité du sujet mais aussi par le stress conjoncturel des contraintes économiques et technologiques qui occupent toute l’attention des constructeurs. Toutefois, dans l’ensemble des hypothèses explicatives possibles, se pose également celle de la pertinence des modes de gouvernance relationnelle qui structurent la filière automobile actuelle depuis plusieurs décennies.

Cette hypothèse avait été indirectement soulevée lors des Etats Généraux de l’industrie automobile en 2010 lorsque les politiques, soucieux de l’importance macro-économique nationale de la filière, avaient initié la création de la Plateforme de la Filière Automobile (PFA). Cette initiative faisait également écho aux récurrentes remarques des professionnels du secteur selon lesquelles l’organisation de la filière française ne « permet pas de chasser en meute » sur les marchés concurrentiels et les espaces institutionnels régaliens à l’instar des actions de la filière automobile allemande. Le rôle de la PFA devait alors permettre de coordonner le plus d’acteurs possible afin d’adopter une vision partenariale commune, d’anticiper les mutations technico-économiques, de favoriser l’internationalisation et de relever le niveau des compétences pour atteindre l’excellence industrielle. Deux ans plus tard, le nouveau Ministre du redressement productif réunissait à nouveau les membres du Comité Stratégique de Filière Automobile pour prolonger la démarche et faciliter la création d’un véritable « contrat de filière ».

La mise en œuvre d’un tel contrat est dans les mains des professionnels mais elle ne peut faire l’économie d’une réflexion académique sur les modes de gouvernance relationnelle entre les parties prenantes de l’industrie. Les relations partenariales établies depuis deux décennies entre les constructeurs et les fournisseurs sélectionnés au panel des services achats sont-elles encore efficientes dans le cadre d’un eco-système en émergence, dynamique, aux frontières floues et avec un niveau de complexité jusqu’alors inconnu ? Quelles sont les conditions d’existence et les exigences de mise en œuvre d’une gouvernance relationnelle imbriquée au sein d’une filière qui se restructure dans un eco-système complexe ?

L’objectif de notre recherche est d’apporter des éléments de réponse à ces questions à partir de l’étude de la filière automobile. Plus largement, il s’agit d’éclairer la pertinence d’une réingénierie des partenariats verticaux lorsqu’une filière se transforme et élargit ses frontières.

L’article est structuré en trois parties. La première présente le contexte empirique et théorique des modes de gouvernance relationnelle qui caractérisent la filière automobile. La deuxième traite des enjeux de la transformation de cette filière et de son ouverture sur un eco-système complexe aux frontières dynamiques. Enfin, la troisième partie éclaire sur les conditions d’existence et les exigences de mise en œuvre d’une réingénierie des partenariats entre les parties prenantes d’une filière en transformation.

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Géry Deffontaines

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"