Marina Flamand - Quel positionnement technologique des constructeurs automobiles sur les différentes solutions de stockage d’énergie ? Un état des lieux à travers l’analyse brevet

Publication Type:

Compte Rendu

Source:

Compte rendu de la journée du Gerpisa, Number 216, CCFA, Paris (2015)

Keywords:

batteries, Battery Electric Vehicles, brevets, dominant design, EV, patent analysis, stockage, VE, véhicule électrique

Abstract:

Le développement de solutions viables de stockage d’énergie électrochimiques et plus particulièrement des batteries constitue une préoccupation centrale dans les activités d’innovation actuelles des constructeurs automobiles. Ces technologies sont considérées comme déterminantes dans le développement du marché des véhicules plus respectueux de l’environnement ; un enjeu qui est d’autant plus important du moment où il n’existe pas encore un « dominant design » concernant ces technologies.

La journée de travail du Gerpisa du 13 février 2015 a été l’occasion de présenter un état des lieux des activités inventives des principaux constructeurs internationaux sur les différentes technologies de batterie et autres solutions de stockage d’énergie. Les données brevets selon un usage répandu, à savoir en tant qu’indicateur des activités inventives, sont ainsi mobilisées afin de cartographier le portefeuille d’activités R&D des grands acteurs du secteur.

Notes:

Marina Flamand, Université de Bordeaux

Full Text:

Introduction
 
Le développement de solutions viables de stockage d’énergie électrochimiques et plus particulièrement des batteries constitue une préoccupation centrale dans les activités d’innovation actuelles des constructeurs automobiles. Ces technologies sont considérées comme déterminantes dans le développement du marché des véhicules plus respectueux de l’environnement ; un enjeu qui est d’autant plus important du moment où il n’existe pas encore un « dominant design » concernant ces technologies.
 
La journée de travail du Gerpisa du 13 février 2015 a été l’occasion de présenter un état des lieux des activités inventives des principaux constructeurs internationaux sur les différentes technologies de batterie et autres solutions de stockage d’énergie. Les données brevets selon un usage répandu, à savoir en tant qu’indicateur des activités inventives, sont ainsi mobilisées afin de cartographier le portefeuille d’activités R&D des grands acteurs du secteur.
Présentation
 
M. Flamand a présenté les premiers résultats d’une analyse sur l’ensemble des brevets déposés entre 2000 et 2012 par 16 constructeurs automobiles dans le domaine du stockage d’énergie. L’étude visait l’identification des efforts inventifs de ces acteurs au sujet du stockage d’énergie électrochimique (SEE), à savoir les batteries et les piles à combustibles, et l’identification des tendances de développement technologique dédiées aux véhicules alternatifs. Dans un premier temps, M. Flamand s’est focalisée sur la problématique du système de stockage d’énergie et le caractère de rupture des technologies SEE, tout en mettant en évidence les enjeux qui y sont liés pour les constructeurs automobiles. L’analyse s’est structurée sur trois niveaux en développant trois types de questionnement :
i) Quelle est la volonté des constructeurs envers le développement des solutions SEE ?
ii) Est-ce que leur implication est homogène par rapport aux diverses technologies SEE ?
iii) Quels constructeurs se positionnent sur les dernières tendances d’amélioration technologique ?
La méthodologie employée pour exploiter les données brevet a été ensuite discutée dans le but de démontrer ses avantages ainsi que ses limites. Enfin, M. Flamand a conclu sur le prolongement des
principaux apports de l’étude qui doivent être consolidés et éclairés à travers une revue de presse des activités des constructeurs (Huth et al. 2013). En outre, une perspective complémentaire devrait aussi prendre en compte les alliances formées autour du développement de ces technologies (corporate venturing).
 
Pistes de réflexion
 
La discussion qui a suivi la présentation de M. Flamand s’est développée autour de trois thèmes principaux :
  • Les activités internes des constructeurs ne constituent qu’une partie de leurs efforts inventifs, parallèlement aux nombreuses alliances qu’ils forment avec des acteurs de divers horizons. Déjà beaucoup d’équipementiers s’y intéressent. L’impact de l’introduction et l’exploitation de ces nouvelles technologies se fait sentir sur les chaînes de valeur traditionnelles. La question qui se pose concerne l’innovation ouverte qui est censée aujourd’hui porter ce nouveau développement. Est-ce qu’il y a une stratégie conjointe d’intégration des technologies SEE ? En quelle mesure les brevets ne sont pas aussi des indicateurs des domaines de coopération qui se développent ?
  • L’implication de différents constructeurs dans des activités inventives et leurs alliances concomitantes peuvent mettre en évidence dans quelle mesure ceux-ci s’engagent dans des politiques d’alliance technologique d’exploitation (consolidation de leurs connaissances) ou d’exploration (développement de nouvelles connaissances). Or, les brevets qui sont maintenus sur plusieurs années et qui sont cités par d’autres brevets pourraient se montrer révélateurs de l’orientation stratégique de l’entreprise. Toutefois, l’industrie automobile est souvent présentée comme étant historiquement opposée aux innovations radicales. Est-ce que les constructeurs traditionnels auraient-ils intérêt d’inciter ces innovations pour maintenir (ou acquérir) des nouveaux segments du marché ou ce seraient plutôt les nouveaux entrants qui amèneraient ces changements majeurs ?
  • Le brevet est un titre de propriété qui peut-être aussi partagé pour soutenir le développement de ces technologies jusqu’à leur commercialisation. Expliquer le statut des brevets et identifier leur usage au sein du fonctionnement d’une entreprise est toujours assez compliqué. Il reste néanmoins un indicateur très intéressant et non seulement des activités inventives des firmes. Il pourrait servir par exemple à suivre certains aspects de l’évolution de la relation salariale saisie par la manière de gérer les brevets. De plus, l’analyse des portefeuilles de brevets des différents constructeurs serait à même d’intégrer la dimension territoriale pour faire le lien avec la politique industrielle au niveau national et européen (division territoriale, appels d’offre etc.).

  GIS Gerpisa / gerpisa.org
  4 Avenue des Sciences, 91190 Gif-sur-Yvette

Copyright© Gerpisa
Concéption Tommaso Pardi
Administration Juan Sebastian Carbonell, Lorenza MonacoGéry Deffontaines

Powered by Drupal, an open source content management system
randomness